Les piqûres sauvages

Depuis plusieurs mois et de plus en plus régulièrement, des personnes signalent avoir été piquées par surprise lors d’événements culturels et festifs. Les victimes de ces attaques ne sentent pas forcément les piqûres en elles-mêmes, mais ressentent quelques minutes après les effets des produits qu’elles contiennent.

Comment réagir lorsque l’on est victime ?

La première des choses à faire, c’est prévenir votre entourage dès que vous sentez une piqûre ou que vous ne vous sentez pas bien. Si vous le pouvez, prévenez également le personnel du lieu. Le plus important est de ne pas rester seul !

Comment réagir lorsque l’on est témoin ?

Si votre proche vous explique ne pas se sentir bien, il est important de le croire et de rester avec. Ensuite, il faut prévenir le personnel de l’établissement puis les secours en appelant le 15. Les médecins du SAMU vous expliqueront les bons gestes à avoir. Si votre proche est inconscient, il faudra lui apporter les gestes de premier secours : chercher la respiration, mettre en position latérale de sécurité si la personne respire, ou aller chercher un défibrillateur si ce n’est pas le cas.

Quels sont les symptômes ?

Dans la majorité des cas, les symptômes sont variés, cela peut être un état d’ébriété exacerbé et soudain, des vertiges et des nausées. La vue peut également se troubler et la victime peut avoir des faiblesses musculaires (ex : ne plus sentir ses jambes) et des bouffées de chaleur. Parfois, ces piqûres sauvages peuvent donner lieu à des trous noirs.

A quoi ressemble une piqûre de seringue ?

Pour reconnaître ce genre piqûre, il est possible de demander un proche avec, on est à l’aise d’examiner notre corps, ou le faire soi-même devant un miroir. Il faut regarder chaque partie du corps et être sûr d’avoir tout examiné. Une piqûre de seringue se présente comme un petit orifice, généralement entouré par un hématome. Attention : toutes les personnes ne réagissent pas de la même façon.

Que faire après ?

Si vous n’avez pas été pris en charge par le SAMU ou que vous avez un doute, il faut consulter votre médecin traitant au plus vite. Les seringues utilisées peuvent être porteuses de virus transmis par le sang. Il faut donc faire des analyses sanguines très rapidement et, dans le cas de contamination, prendre un traitement d’urgence.

Les autorités recommandent vivement de porter plainte afin de pouvoir ouvrir une enquête et ainsi empêcher le phénomène de prendre encore plus d’ampleur.

Il est important de rappeler que la victime n’est, en aucun cas, responsable, ni son alcoolémie, ni sa tenue ne sont à blâmer, seul l’agresseur est responsable. 

Plus d'infos ?

Téléphone

Un conseiller est disponible pour répondre à toutes vos questions, du Lundi au Vendredi, de 9h à 18h au 09 69 36 27 29

E-mail

CAPTCHA

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

11 + 5 =

Localisation

- Sélectionnez une agence -
Adresse :