Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.

En savoir plus

Actualités

L’assurance décès pour protéger ses proches

Elle se développe progressivement. L’assurance décès, malgré ses limites, connaît aujourd’hui un regain d’intérêt de la part des épargnants, et ce à tous les âges. En 2014, le montant global de ses cotisations s’est élevé à 4,1 Md€ selon les chiffres publiés par l’Association française de l’assurance (AFA).

Le café confirme ses bienfaits

Les études sont nombreuses désormais à le démontrer, le café est bon pour la santé. La dernière enquête de la Harvard School of Public Health vient une nouvelle fois le confirmer. Cette boisson appréciée par bon nombre de personnes à travers le monde pourrait ainsi jouer un rôle important sur la santé de ses consommateurs, notamment en venant réduire les risques de maladie cardiaque, de diabète ou même de dépression.

La scarlatine, toujours d’actualité

On la croyait éradiquée et pourtant… La scarlatine fait un retour en force avec un nombre de cas croissant ces dernières années. Ainsi, depuis 2010, plus de 100 000 cas ont été détectés en Chine et 12 000 rien qu’au Royaume-Uni, à la suite d’une épidémie. 
 

Deux formules pour l’assurance obsèques

L’assurance obsèques représente la solution parfaite pour préparer cette échéance. Elle est proposée sous deux contrats distincts : en capital ou en prestations. Le premier correspond au versement d’une somme à l’un des proches désigné en tant que bénéficiaire, afin de couvrir les frais d’obsèques. Le versement du capital se fait sur présentation de la facture des frais engagés. Le contrat peut également avoir pour bénéficiaire le prestataire funéraire qui sera en charge de l’organisation, à hauteur du montant épargné.

Le seuil des 200 M€ de fraude à la Sécurité sociale désormais franchi

La fraude à la Sécurité sociale a atteint un nouveau record en 2014, franchissant la barre symbolique des 200 millions d’euros. En un an, le chiffre a ainsi progressé de 17 %. Surprise, ce sont les médecins qui sont les premiers en cause. Le montant du détournement des professionnels de santé s’est ainsi élevé à 73,1 millions d’euros (soit 37 % du montant global), principalement associé à des codes de leurs actes faux, par exemple en déclarant des visites à domicile. 
 

Le savon, à oublier définitivement ?

La question revient régulièrement et fait toujours autant débat : le savon est-il mauvais pour la santé ? Partagés sur son usage, les scientifiques tendent en revanche à tomber d’accord sur un point : les savons anti-bactériens sont, eux, à bannir de la vie quotidienne. Utilisés dans les milieux hospitaliers, ces derniers ont en effet tendance à se démocratiser. Or, leur effet n’est pas toujours bénéfique.
 

Les maladies de longue durée, prises en charge à 100 %

Les affections de longue durée sont aujourd’hui couvertes par l’Assurance maladie, sous certaines conditions. Ainsi, les ALD concernent des maladies de longue durée au caractère grave ou chronique, nécessitant des soins d’une durée minimale de 6 mois. Le dispositif permet une prise en charge à 100 % des frais de santé par la Sécurité sociale, qu'il s'agisse des soins ou des médicaments. 
 

La sensation de toucher reproduite sur une peau artificielle

Si les avancées technologiques permettent aujourd’hui aux amputés de retrouver l’usage de membres grâce aux prothèses, une donnée reste toujours absente, celle du toucher. Les progrès des chercheurs pourraient y remédier sous peu. En effet, une peau artificielle venant reproduire cette sensation a été créée. 
 

Les objets connectés, véritables aides pour les diabétiques

On en parle beaucoup sans pour autant en mesurer la réelle utilité, notamment dans le domaine de la santé. Pourtant, les objets connectés ont aujourd’hui largement dépassé le cadre du gadget pour dévoiler un intérêt réel. Les diabétiques en bénéficient au travers d'un outil pratique : le lecteur de glycémie connecté.
 

Le vaccin contre la grippe est arrivé…

… Mais il attire de moins en moins de personnes. Le constat est le même depuis quelques années, les Français sont toujours moins nombreux à se faire vacciner. Une tendance également mise à mal par le manque d’efficacité du vaccin de l’an passé (seulement à 30 %) en raison d’une mutation du virus. Cette année, selon un sondage Ifop réalisé pour le Groupement des pharmaciens PHR, ce sont encore 7 sondés sur 10 qui n’envisagent pas de se faire vacciner.
 

Plus d'infos ?

Téléphone

Un conseiller est disponible pour répondre à toutes vos questions, du Lundi au Vendredi, de 9h à 18h au 09 69 36 27 29

E-mail

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, et de suppression des données qui vous concernent. (art. 34 de la loi "informatiques et libertés" n°78-17 du 6 janvier 1978. )
CAPTCHA

Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

1 + 0 =

Localisation

- Sélectionnez une agence -
Adresse :